top of page

Réponses au sondage pour l'AG du 21.10.22

Dernière mise à jour : 19 oct. 2022


PCO : Préambule

Avant toute réponse à ces questions, je voudrai préciser ma vision personnelle du CDT.

Le CDT présente la particularité assez rare, je crois, d'avoir créé selon moi une forme d'esprit de corps.

Il y a plusieurs motifs à cette situation dont la modalité par laquelle on devient membre du CDT qui, à mon humble avis, est cruciale. L’autre modalité provient selon moi du fait que le Club place l’individu, membre du club, au cœur de son attention.

Et sur ce dernier point, les ressorts par lequel cette alchimie a été rendu possible ne sont pas, selon moi, toujours, tout à fait du au CDT lui-même.

Le CDT n’est pas un cercle de directeur technique mais il n’est pas non plus un corps de directeur technique (j’ai bien parlé de « forme de »).

Mais c’est bien cette question qui est au cœur de la crise de la trentaine que connait l’association.


SP : Préambule :

Je pense que notre Club est plus qu’un Club traditionnel. Plus le temps passe, plus il devient comme une seconde famille, qui nous permet de trouver du réconfort ainsi que des conseils, dans les moments difficiles que nous avons tous connus dans notre parcours professionnel.

Après, on dit que le Club est en crise. Mais l’est-il vraiment ? Ne serait-ce pas, certains membres qui subissent un stress exceptionnel, face à toutes les évolutions de leur profession, il y a d’abord eu le covid, ensuite la crise des matières premières et maintenant la crise énergétique, qui voudraient naturellement que le CDT leur apporte des réponses sur l’avenir de leur métier.

Malheureusement, le CDT n’est pas une machine qui fonctionne toute seule.

Et ce n’est pas en modifiant ses statuts qu’il saura instantanément répondre au besoin de ses membres, ce serait trop beau.

Arrêtons de nous flageller, ce Club tel qu’il est, a tout pour bien fonctionner de part ses statuts et la qualité de ses membres.

Cependant, il ne peut fonctionner que par l’engagement de chacun.

Si des membres ont des sujets qui leur tiennent à cœur, et je suis persuadé qu’il y en a beaucoup, il faut qu’ils les expriment et des débats seront organisés soit lors du repas mensuel soit lors de réunions en soirée.

Et là nous touchons la quintessence de notre Club.

Et je partage aussi, l’idée d’inviter à nos futurs débats des personnes extérieures au Club

  1. Que pouvez-vous apporter au Club ?

PR : 23 ans d’ancienneté au CDT– plutôt bonne assiduité (sauf depuis un an) – 6 mandats de trésorier – 2 mandats de président – MO( SIER ) représentatif de la profession ( 300 logements par an ) siège à LYON, DT de la SIER depuis 1990 .Président de la Commission Nationale Construction de la FPI depuis 2016 .

PDU : Mon expérience de plus de 20 ans en entreprise générale et de presque 17 ans en tant que directeur technique chez SLC. Une petite centaine d’opération de 11 à 400 logements.

AT : Je me place dans le présent et le futur. Je pense avoir une vision lucide de la vie du Club, basée sur le vécu depuis l’origine. Néanmoins il faut évoluer tout en conservant l’ADN. J’aurai donc une vision constructive et attentive de ce qui doit se passer.

FV : Je peux apporter au club ma modeste expérience de 35 ans dans la promotion immobilière.

PCO : Je pense que le premier des apports au club est une attention particulière. Personnellement, bien que la période soit complexe, je me suis engagé à poursuivre la démarche de la COCOTTE et je m’y tiendrai.

PCH : mon expérience en promotion, et dont 15 ans en tant que DT chez Marignan

PDK : Connaissance du club et de ses fondements, animation et implication active comme déjà démontré, disponibilité à venir qui peut être mise à profit. Connaissance du métier.

EJO : j’ai été honoré d’avoir été parrainé et pense que mon implication rapide me donne une vision large des tâches à accomplir pour qu’un club de cette taille puisse évoluer : ce club est un club, pas une fédération ni même une société avec des salariés, il faut tenir compte de cela pour faire vivre un club.

AP : Mon expérience et mes expériences aussi bien techniques que managériales.

EGA : 32 ans d’expérience dans le métier de construire. Un engagement en tant que secrétaire depuis 3 mandats

OB : Un lieu d’échange et de partage d’informations sur les évolutions techniques de manière à faire part de nos diverses expériences

PBO : Comme tous, mon expérience, mes contacts, mon réseau, je fais ce métier depuis 35 ans….

Mon envie de partager, d’échanger

Mon retour direct terrain puisque je suis en permanence avec le chantier


MGC : Des solutions techniques et expériences de projets réalisés et en cours d’étude

Des échanges entre membres pour résoudre des problématiques


VDA : Dynamisme / Attrait sur les nouveautés techniques


JDA : Du temps et de l’appui pour impulser une dynamique

Ex : comme ce que j’apporte à l’équipe « Cocote »

Mais, comme je le disais en Juillet : je ne souhaite pas faire partie du bureau… Je ne suis pas assez ancien et je ne me sens pas légitime, et surtout, je n’aurai pas le temps (j’ai déjà la présidence d’une association d’établissement scolaire)

  1. Qu'attendez-vous du Club ?

PR : Ce pour quoi il a été créé et qui comprend principalement : l’échange d’informations professionnelles de tous ordres sur le métier de maître d’ouvrage, la solidarité et l’entraide entre membres, dans une atmosphère de respect, d’amitié professionnelle et de convivialité, le tout sans langue de bois.

Le Club doit se recentrer sur ses activités principales : repas mensuels, contacts avec les fournisseurs, cocotte, visites de chantier, un séminaire annuel à inventer pour remplacer le voyage, réunions plénières. Un membre du Club doit pouvoir concilier sa participation active au Club et son activité professionnelle.

PDU : Un club de partage amical mais aussi professionnel et un club de technicien. Il faut sortir l’aspect professionnel des repas ou juste de l’information sur les visites et sorties.

Mettre en place des réunions trimestrielles professionnelles avec un ordre du jour : A ne réserver qu’aux gens motivés : ce serait le rdv technique du Club.

Un apport technique et partagé sur les nouveaux enjeux

AT : Faire en sorte que les membres y trouvent une écoute, un partage, un approfondissement sur des sujets qu’ils n’ont pas le temps ou la possibilité d’aborder au quotidien.

FV : Un échange avec mes confrères dont un certain nombre sont devenus des amis

PCO : Le CDT doit assumer sa vocation de corps des DT. Il doit être un lien intergénérationnel centré autour de la problématique technique de l’acte de construire et qui s’attache à créer un lien tenu et particulier et sans cesse renouvelé entre les individus.

Pour cela, le club doit :

1. Disposer d’un rendez-vous régulier comme le repas au rythme existant à ce jour (tout ne doit pas être remis en cause au CDT)

2. Présenter des occasions techniques (partage techniques et visite de chantier à définir : chacun, en activité, devrait à minima s’astreindre à proposer une visite de ses chantiers)

3. Contenir obligatoirement des moments de convivialité que le CDT doit être capable d’organiser seul et sans intervention de mécènes et auquel les membres souscrivent. Je rappelle que chaque membre du CDT a été capable 1 fois par an de prendre 2 jours de congés et dépenser 400 €uros pendant des années pour passer du temps ensemble. Avec 500 €uros, on fait une nuit d’hôtel, un bon repas, 2 activités (la veille, le lendemain) … Mais il faut le vouloir.

Mais ce n’est pas tout. Le Club ne doit pas être une citadelle. Il doit permettre de sortir du schéma relationnel du maitre d’ouvrage pour explorer des façons différentes de grandir dans l’acte de construire. En créant des échanges pour promouvoir d’autres façon de penser l’acte de construire, en cherchant plus systématiquement des partenariats avec des groupes qui nous tendent la main bien souvent et que nous négligeons (combien de mois aura-t-il fallu pour créer un échange avec le GIP réclamé par leur soin depuis de très nombreuses années).

PCH : l’échange et la solidarité entre membre participant à l’acte de construire dans un cadre professionnel et amical. Élément indispensable dans le contexte actuel où nos modes constructifs sont pleins changement et évolution.

Ces échanges devant se faire dans un cadre professionnel et amical.


PDK : Un lieu d’échange convivial permettant les échanges sur les solutions nouvelles et les orientations possibles de réflexion. Une bonne connaissance des interlocuteurs que nous pouvons rencontrer dans nos activités. Un endroit où partager les difficultés et états d’âme juste pour souffler.

EJO : Partage d’informations techniques & réglementaires, permettre de développer un relationnel et transmettre une relation intergénérationnelle

AP : Les mêmes choses que par le passé de la convivialité des échanges et de l’amitié.

EGA : 32 ans d’expérience dans le métier de construire. Un engagement en tant que secrétaire depuis 3 mandats

OB : Comme l‘a précisé Eric nous sommes à la croisée des chemins. Nous devrions accélérer les parrainages pour l‘arrivée de nouveaux membres plus jeunes et être plus souples dans leur intégration. Je pense que la proposition de proposer un poste de vice-président est intéressante avec un profil différent et complémentaire du président

PBO : : La même chose en mieux, je ne suis plus Maitre d’Ouvrage depuis 8 ans, je ne suis plus en lien avec les veilles réglementaires ou juridiques.

La continuité d’une relation amicale, car j’ai rencontré des gens que je ne connaissais pas et que j’apprécie et que j’ai plaisir à retrouver.

Un échange transparent sur les problématiques quotidiennes (inflation, qualité entreprise, nouvelles techniques…)


MGC : Des échanges techniques dans des moments spécifiques : temps réservé en fin de journée

Pendant lequel on peut approfondir les sujets et partager les expériences avec des intervenants externes : fournisseur, bureau de contrôle, BET, société avec sujet spécifique

VDA : contact avec les fournisseurs et entreprises / expertises sur solutions techniques et juridiques

JDA : De l’échanges sur des retours d’expérience, des échanges d’informations (ex : sur Signal) sur des problématiques

Un accès facilité aux industriels



3. Quel est votre avis sur l'évolution du Club ?

PR : Point positif : l’entrée de nouveaux membres.

PDU : OK

PR : Points négatifs : principalement : perte des valeurs ci-dessus, manque de représentativité de la profession, perte de prestige, pas capable de s’adapter aux nouveaux enjeux de la profession, absence d’intégration des nouveaux membres, inertie de certains membres les plus anciens ??, absence de communication sur le fonctionnement du Club, règlement et statuts pas respectés.

PDU : Il faut recréer une dynamique perdue lors du Covid et ne conservait que les gens motivés et prêts à s’investir. Chaque membre devrait selon moi devrait être dans une commission au moins 1 année sur 2.

Il faut communiquer sur cette nouvelle dynamique : l’image venant de l’extérieur est un club fermé sur lui-même et vieillissant : il faut changer cela.

AT : La perte des valeurs qui s’est diluée par lassitude, circonstances, départs en retraite en cours ou déjà passés (donc représentativité par rapport à l’extérieur), manque de réflexion aussi : une routine s’est installée. Un électro choc est nécessaire.

Pourquoi tolérer dans le Club ce qui ne l’est pas au quotidien dans nos métiers : l’absentéisme, le manque d’implication.

Ajoutons à cela la parenthèse COVID de 2020,2021 qui nous a éloignés physiquement les uns des autres et amené une appréhension plus distendue des rapports humains.

FV : Il faut que le CLUB se rajeunisse et qu’il s’adapte à l’évolution de la société et du microcosme qui est le nôtre, sinon il est amené à disparaitre.

PCO : Tout dépend l’issue des débats que nous avons devant nous.

PCH : le Club est condamné à évoluer tout en conservant son ADN et ses valeurs.

Il est nécessaire que sa taille soit maîtrisée et retrouve une dynamique.


PDK : Croissance raisonnée et composition de membres sincères et fiables. Le nombre demande une organisation interne qui évolue également.

EJO : le club ne fonctionne pas à plein régime. Il me semble que seul un petit groupe semble y trouver un intérêt. Un groupe de 30 membres est très difficile à gérer, je partirai sur une équipe + restreinte

AP : Rien de bien nouveau, toujours des gens qui ne participent à rien, des gens qui parlent pendant que les intervenants parlent.

Contrairement à certains je ne trouve pas que la situation se dégrade plus qu’avant, c’est une évolution comportementale constatée dans la société actuelle.

EGA : Le club change par le nombre de ses adhérents, il doit s’ouvrir sur de nouveaux membres.

OB : Non mais de plus en plus de questionnements sur l’évolution du club

PBO : Je pense que l’on arrive à moment critique,

Le club vieilli sous 3 ans départs à la retraite de 6 membres et sous 6 ans 10 membres, des mouvements MOA/MOE, et un élargissement du nombre de promoteurs sur LYON.

Il est vrai que depuis quelques mois, le sujet récurent de nos réunions est l’avenir du club,

Il est vrai que ces 2 dernières années ont été difficiles, mais il faut arrêter de douter.

Le site le prouve, quelle belle évolution en 25 ans, maintenant il faut ubériser le club et s’ouvrir sur la jeunesse et sur les autres métiers…

MGC : Devient scolaire : Dupont n’est pas venu …. On parle plus de l’organisation du club que des échanges techniques ou personnels. Le repas est à mon avis un moment convivial ou on évoque des thèmes à aborder pour un prochain rdv technique et des échanges, mais pas une semi-réunion ni technique ni conviviale

VDA : club qui doit s’ouvrir plus vers l’extérieur pour être attrayant et ainsi être plus dynamique


JDA : Pas d’avis avant la prochaine AG

  1. Ressentez-vous une baisse de mobilisation ?

PR : Oui globalement, y compris des derniers arrivés, ce qui est préoccupant.

PDU : Oui cela se ressent et devient même contagieux

AT : La baisse de mobilisation provient de plusieurs facteurs recensés au § 3 ci-dessus.

FV : Oui mais elle s’explique par l’activité qui se complique et qui nous laisse moins de temps pour des activités qui n’apparaissent pas comme indispensables.

PCO : Oui. Bien sûr. A commencer par la mienne ! Il y a bien sur les années que nous traversons (COVID, et 2021-22), mais il y a aussi et surtout une évolution naturelle d’une association qui à un moment doit régler les questions qui remettent en cause sa logique même.

On ne peut avoir dans ses statuts une définition aussi claire et exigeante de comment on entre dans le club et ne pas avoir le même niveau d’exigence pour toute la vie du membre derrière.

Enfin, clairement, j’ai ressenti pour la première fois l’année, que n’avions pas tous la même conviction vis-à-vis du CDT. Et j’ai entrevue une vision qui n’est pas du tout la mienne et qui aurait pu me faire renoncer à devenir membre de cette association.

PCH : Oui. Le Covid n’est pas étranger à cette démobilisation, on le constate également dans notre quotidien. Néanmoins les statuts sont clairs sur l’assiduité, mais peu appliqués.


PDK : Un peu. Les deux ans entrecoupés de confinements et les difficultés du redémarrage en fanfare de l’activité y sont certainement pour quelque chose. Toujours une partie qui veut faire bouger et vivre le club, l’autre partie suiveuse comme dans tous les groupes.

EJO : complètement. Le COVID, la charge de travail supérieure et/ou différente, le CDI sans le voyage nous ont amené à un repli sur nous-même et une difficulté à nous régénérer

AP : Pas plus que ça, les chiffres sont là pour étayer ma réponse, le secrétaire pourra nous confirmer cet état.

EGA : Oui, comme dans toute association, il y a ceux qui y croient à fond, qui se mobilisent et ceux qui se laissent vivre

OB : Non mais de plus en plus de questionnements sur l’évolution du club

PBO : Je ne trouve pas qu’il y est une baisse de motivation mais une certaine morosité qui est peut être le reflet de ce que nous traversons ou vivons au quotidien

Par contre, le Club a bien évolué ces dernières années, la cocotte en est le bon exemple tout comme les réunions techniques spécifiques.

Je pense que le COVID et l’annulation des moments festifs nous a manqué, notre métier est difficile et rire avec une bande de gens sympas cela fait le plus grand bien

MGC : Je pense que notre métier est devenu encore plus complexe et l’agenda encore plus chargé

Pas évident de se libérer pour chaque rendez-vous, vu le nombre de membre cela n’est pas un vrai problème

Il y a eu une perte d’ambiance il me semble : chaque membre en activité ou non fait partie du club en plaise aux fournisseurs ou non. L’ambiance ……. valeur primordiale qui je pense a fait l’âme de ce club

VDA : difficile de donner mon opinion au vu du peu de recul, mais le club semble se laisser porter.

JDA : Je n’ai pas connu avant, donc difficile à dire : mais je sens bien qu’on est dans une phase de transition avec l’arrivée de nouveaux, qui ne prônent pas tous ce qui a animé les fondateurs du club : vous l’avez répété : nous sommes un groupe de copains, avec le plaisir de se voir.

  1. Faut-il faire évoluer les déjeuners ?

PR : Oui absolument : déjà , changer de lieu ( LA LOZERE n’est pas un endroit digne du CDT ), augmenter la qualité des repas ( et donc le prix ) exiger une formule à deux entrées, deux plats et deux desserts au choix à préciser en début de repas (le secrétaire n’a pas vocation à prendre des menus ), changer le contenu qui doit être recentré sur la convivialité et les échanges spontanés ( 10 mn consacrées aux informations générales sur la vie du Club et ensuite liberté de parole ).Plan de table à instaurer ou déjeuner- buffet sur tables hautes pour permettre les échanges.

Afin d’augmenter les échanges entre tous les membres, qui sont l’essence même du Club, et compléter les éventuels échanges à l’occasion des repas, création d’une réunion du Club trimestrielle, le soir (18 h00- 19h30 par exemple), autour d’un verre ou d’un apéro dinatoire pour parler des activités du Club.

PDU : Format permettant d’accueillir plus de monde au sein du CdT, convivial essentiellement et pas technique.

Pourquoi pas buffet…..

Informatifs et calendrier : 10 mn maximum et le reste sera consultable sur le site : Ceux qui veulent avoir l’information lisent le CR et doivent aller sur le site

Respectueux par rapport à ceux qui parlent…on écoute et on s’écoute au moins pendant 10 mn.

AT : Prise des menus : j’espère que la nouvelle formule du site va soulager le secrétaire.

Lieu des repas : cela fait un moment que l’on se cherche. La Lozère est moyennement satisfaisant mais avoir une salle pour nous seuls est dix fois mieux qu’au Capot : critère n° 1.l fau

Plan de table : pourquoi pas. Qui va décider étant donné que les participants ne sont connus que deux jours à l’avance.

Déroulé des repas : être plus rigoureux : un temps pour partager les informations, un temps pour des échanges libres.

Les repas ne sont pas suffisants pour la vie du Club. Pourquoi on ne prend pas une heure en fin de repas à chaque trimestre ? : de 14 h à 15 heures.

FV : Oui c’est la routine qui a tendance à démobiliser (c’est pareil dans une entreprise ou dans un couple 😀)

PCO : Pas selon moi. Mais j’étais peu présent sur cette année 2022 et je ne peux être d’une analyse pertinente sur le manque de participation aux repas.

PCH : ils sont à faire évoluer, mais surtout à maintenir. Ils sont des moments d’échanges importants.

Le fait de moins se retrouver, ces derniers temps a sûrement eu pour effet de rendre les repas des moments de partage direct et moins structuré que précédemment. 2 temps importants sont à privilégier, la vie du club et les échanges en membres. Cela passe par la mobilisation de tous, au cours des repas, et de l’envie.


PDK : Trouver un lieu plus convivial et apaisant. Compléter le repas par un moment d’échange formel ou informel. Collectif ou en petit groupe. Cela sous-entend de prévoir de la disponibilité en plus du temps de repas. Rendez-vous systématique à conserver.

L’heure du repas permet au moins à chacun de trouver la dispo.

SP : Il faut d’abord se poser les bonnes questions avant de sélectionner un nouveau restaurant : à mon avis elles sont au nombre de quatre : bénéficier d’une salle qui nous est réservée uniquement pour nous, bien manger, être bien accueillis et avoir de la place pour se garer facilement et ne pas perdre de temps. Je pense que la Lozère, même s’il n’est pas luxueux coche beaucoup de cases.

EJO : la gestion des déjeuner est très lourde, si une évolution doit se faire il faut aller vers une simplification

AP : Toujours possible, mots du président, informations techniques si d’actualité et candidature déposée auprès du secrétaire avant la réunion, échanges libres.

EGA : Oui, il faut vraiment trouver un temps pour mobiliser l’attention de tout le groupe car c’est très difficile de parler de notre activité en mangeant.

Je plains notre président à chaque repas.

En même temps on est tous heureux de se retrouver et donc ça « tchatche » beaucoup,

De vraies pipelettes !

On pourrait consacrer un moment à l’actualité du club avant le déjeuner

Trouver un endroit plus convivial, moins de bruit, une salle pour nous seuls avec une vraie capacité d’accueil, peut être des tables rondes qui permettraient un meilleur échange qu’avec uniquement son voisin de gauche ou de droite…

OB : Oui comme évoqué hier il faut laisser aux repas un caractère convivial et amical sans ordre du jour particulier et réserver les autres sujets à des réunions bien spécifiques

FBO : La formule actuelle me convient,

Je viens pour retrouver des « confrères, des amis, les membres d’un club de passionnés pour partager et échanger sur tout mais avec une priorité sur notre métier.

Cependant je viens aussi pour me détendre et passer un moment sympa

Par contre, pour une vraie réunion technique ce n’est pas le bon endroit ni le bon moment (concentration, bruit etc…)

On peut se poser la question du lieu, hier je tournais le dos à 50% des membres du club, ce n’est pas top…

MGC : Les déjeuners sont des moments plaisants et sont à mon avis nécessaires. Ils étaient plus détendus il y a quelques temps

VDA : oui, le format repas ne permet pas d’échange sauf avec les voisins proches.

JDA : Oui : séparer le déjeuner de la partie échanges : trop contraignant pour celui qui anime la réunion. Oui, dans un lieu plus isolé.

6. Faut-il être plus 'actifs' dans la faible mobilisation récurrente de certains membres ?

PR : Oui. Le club doit se séparer de 8 à 10 membres, soit par démission volontaire, soit par radiation. Ces membres sont ceux qui sont peu assidus ou absents, ceux qui n’ont jamais organisé quoique ce soit pour le Club, ceux qui sont à la retraite ou en fin de carrière, ceux qui sont toujours en activité mais peu représentatifs de la profession.

PR : Afin d’atténuer l’impact de cette mesure, création au sein du Club, d’une Amicale des Anciens du CDT : pas de statut, un président-animateur, pas de cotisation. En seraient membres de droit tous ceux qui ont fait partie du Club pendant au moins X années (4 ?) Les membres de l’Amicale ne participent pas aux activités du Club, mais des occasions de rencontre peuvent être imaginées entre les deux.

PDU : Ceux qui sont quasiment tout le temps absents n’ont pas leur place selon moi

Ceux qui ne seraient pas actifs au sein d’une commission une fois tous les 2 ou 3 ans ne devraient pas rester.

Ce sujet des retraités doit être évoqué sans tabou.

Le retraité au sein du club doit pouvoir être plus actif car plus de temps : ce qui n’est finalement pas évident quand il n’est plus en activité et donc déconnecté des sujets ….. Quel est leur avis sur le sujet ? Comment les intégrer ? Doit-on les compter si nous voulons discuter sur un nombre maximum de membres.

Le retraité qui a quitté ses fonctions depuis 1 2 ou 3 ans peut encore apporter son expérience. Est-ce que ce sera le cas après 3 ans de retraite ?

Y a-t-il des commissions pour lesquels il pourra prendre part ?

On peut comprendre également les industriels qui n’ont pas envie d’organiser des évènements pour des gens qui ne sont plus en activité : on peut comprendre aussi qu’ils doivent rendre des comptes à leur direction.

Je pense que les retraités ne devraient pas être associés à ces évènements.

Pour le reste des activités internes (visite chantier, réunion technique trimestrielle) : pas de pb en fonction de leur motivation et intérêt.

Pour les absents ou les membres pas actifs : quel intérêt de rester ?

Participer au repas : si l’envie est là et si le plaisir est de retrouver les anciens collègues cela reste pour moi possible.

AT : Je suis à 100 % d’accord avec Patrice pour les membres ‘fantômes’. Soit les membres non participants démissionnent, soit ils sont radiés, en ayant bien compris les raisons de la faible participation du membre concerné. Le CDT n’est pas un membre de consommateurs, mais de participants. Chacun peut apporter quelque chose.

Amicale des anciens : il ne peut y avoir de Club à plusieurs vitesses.

Sans parler de sélection en fonction de l’évolution professionnelle et personnelle de chacun qui se fait toute seule.

Je serai bien en peine de définir les critères de ‘basculement’ vers l’Amicale pour ceux qui sont concernés.

Il faut simplement que chacun en son âme et conscience informe le Club de son approche et de sa situation.

FV : Dans tous les groupes et toutes les associations que j’ai pu fréquenter il y a toujours des individus dont on ne sait pourquoi ils sont là. C’est un fait inévitable.

PCO : Oui. Il y a eu dans le club, des comportements qui appuient clairement mon deuxième argument de la question 4. C’est dans les statuts et ce n’est pas appliqué. J’ai eu droit à une époque à un rappel à l’ordre oral et en bonne et due forme du président de l’époque. Et c’était bien normal.

PCH : oui, c’est un sujet récurent, et qui malgré des relances n’ont peu d’effet

Les statuts sont clairs sur ce point. Les conditions d’entrées sont rigoureuses ce qui implique un respect des membres des statuts.

La présence régulière, en fonction de nos activités professionnelles respectives, de tous les membres est indispensables à la vie du Club. Il ne vit que de par ces membres et ce n’est pas qu’une carte de visite.

Chacun en fonction à ces contraintes au quotidien mais les dates des repas notamment sont définis très en amont, ce qui permet de s’organiser. Une absence passagère est compréhensible mais si régulière pose des questions de l’intérêt porté au club.


PDK : C’est le contenu de ce que propose le club qui devra être plus mobilisateur. Partager les idées et fédérer des membres devrait dans ce cas être plus aisé. (dixit la cocote).

EJO : les anciens « intéressés » peuvent nous aider à structurer, dynamiser, organiser, faire vivre des actions ou des commissions. Nous créerions de l’intérêt & les moins actifs se sentiraient intéressés

SP : Je pense comme Alain, que les anciens sont une richesse pour le club, à condition, toutefois, qu’ils sachent se conduire correctement, et qu’ils ne prennent pas les réunions du CDT, pour une salle de récréation. Quoi qu’il en soit, c’est à la personne qui dirige la réunion de les recadrer, et éventuellement de les mettre au piquet pour qu’ils se calment.

AP : Je maintiens ce que j’ai déjà dit dans la mesure ou le membre paie sa cotisation c’est son affaire de bénéficier de rien.

EGA : Oui

FBO : Je pense que nous sommes adultes à chacun d’assumer ses absences, si t’adhères tu viens !

MGC : Faut-il être plus 'actifs' dans la faible mobilisation récurrente de certains membres ? Non : la tolérance dans ce monde déjà complexe …..

VDA : oui si les absences sont récurrentes

JDA : Je suis partagé sur ce sujet : dans tous les groupes, il y en a toujours qui se laissent porter et profitent de ce que font les autres. S’il ne participe pas ou plus, ils arrêteront d’eux même. Donc pas d’actions particulières sur ce sujet (autre qu’un rappel des parrains à la personne concernée). Il faut arrêter de parler de ça à toutes les réunions.

  1. Intégration des nouveaux membres : faut-il revoir le processus de sélection et d'intégration ?

PR : Oui : Tout d’abord, tous les membres doivent s’employer à mieux faire connaitre le Club auprès des professionnels .

Modalités : système de double parrainage maintenu pour éviter le copinage, présentation du candidat au bureau par les deux parrains après entretien avec le candidat sur ses motivation ,puis candidature présentée en réunion plénière du Club par les parrains pour vérifier s’il y a consensus large sur son entrée au Club, Vote à la majorité des 2/3 des présents et représentés et non plus à l’unanimité .Les parrains doivent être les garants de la bonne aptitude des candidats, de leur motivation et de leur intégration.

PDU : Être plus efficient et supprimer l’exclusivité.

Rester sur le recrutement des Directeurs technique actifs. Pas chaud pour faire entrer d’autres professions type Moe, Bureau de contrôle

Réfléchir à un nombre maximum hors retraités et part MO.

AT : Sélection : il faut surtout être plus réactifs entre une ‘détection’ de candidats et la vote d’admission : 6 mois au plus. Les statuts avaient déjà été revus pour ne plus passer par une assemblée générale annuelle. Discutons aussi de la majorité à atteindre, 2/3 me parait réaliste.

Intégration : je constate que les nouveaux membres ne sont pas aidés ni suivis dans leur intégration. Au bout d’un an, les nouveaux n’ont pas rencontré tous leurs prédécesseurs. Je préconise la mise en place d’un processus d’intégration pour que la cohérence du CDT.

FV : Oui je pense que celui-ci n’est plus adapté aujourd’hui. En particulier l’intégration à l’unanimité.

PCO : Oui. C’est une évidence. Nous ne croisons pas assez l’ensemble des forces vives de la place sur nos métiers. Nous ne tissons pas assez de liens avec les relais de la professions (industriels pour solliciter leur avis) pour nous ouvrir et connaitre d’autres membres possibles. Nous n’ouvrons jamais notre cercle à d’autres participations. Résultat : nous découvrons un beau matin qu’un cercle de la technique qui regrouperait potentiellement autant de membre que le CDT est en passe de se créer avec la présence en copie d’industriels que nous côtoyons par ailleurs.

PDK : Il avait déjà fait l’objet d’une réflexion qui n’est pas vécue comme imaginée. Il était question de cibler des membres potentiels et ensuite de les inviter à rejoindre le club.

Cela devait permettre une intégration plus rapide (validation avant contact avec le candidat) et d’aller susciter l’envie de rejoindre le club.

EJO : le club n’a pas vocation à récupérer tous les DT de Lyon, si le choix se fait sur certains il faut des parrains et des « parrains-tuteur ». Du coup les autres DT peuvent avoir envie de se regrouper autrement.

AP : Non double parrainage et unanimité des présents (ceci dans la mesure ou la totalité des membres est informée de la candidature avant la réunion et qu’aucun absent n’a mis son véto)

EGA : Je trouve le processus trop long que d’attendre l’AG pour intégrer un membre.

Les deux parrains OK, le déjeuner avec eux et le président c’est bien, le vote à l’unanimité peut être à revoir, on dit oui et on y va

OB : Être plus rapide et plus souple sur l ‘intégration de nouveaux membres

FBO : Je pense que le processus d’intégration est trop long et me mets mal à l’aise…

J’ai intégré le club à l’ancienne formule, présentation, invitation et acceptation, ensuite mon changement de fonction n’a rien changé à ma continuité dans le club.

J’en remercie le club, j’apprécie cette chance, mais est-ce normal ? pourquoi pas d’autres MOE ou AMO ?

Et vu les derniers échanges et la longueur de l’intégration des nouveaux membres, j’ai l’impression que je suis de trop et que je prends la place d’un Maitre d’Ouvrage…


MGC : Intégration des nouveaux membres : faut-il revoir le processus de sélection et d'intégration ?

Intégration trop longue : les candidats qui ont l’impression de ne pas être les bien venus

VDA : oui, il faudrait essayer d’être plus rapide sur les décisions et cibler les DT aussi en fonction du volume de promoteur.

JDA : Je pense que le retour qui sera fait de la rencontre avec le nouveau Cercle va nous éclairer sur le sujet… ce qui es certain, c’est qu’il faut être plus agile, plus rapide

Comme je disais, j’ai attendu 12 ou 14 ans avant de vous rejoindre (depuis mon poste Linkcity – ex CIRMAD où Jean Louis voulait me parrainer…)

  1. Comment améliorer la communication en la rendant plus efficace ?

PR : Il faut s’appuyer principalement sur le site web qui a été entièrement rénové par Alain. On ne peut faire abstraction des réseaux sociaux mais le Club doit privilégier les contacts directs entre membres , c’est-à-dire en présentiel

PDU : Scinder la partie conviviale et technique : voir réponses ci-dessus

AT : En accord et mails également : mieux que signal qui ressemble plutôt à un défouloir sans intérêt.

Utiliser tous les moyens à notre disposition, mais aussi canaliser les échanges. Signal apporte de la spontanéité, mais c’est un média type ‘poisson rouge’ : on ne retient que les derniers échanges.

J’espère que le blog une fois que son fonctionnement sera intégré et maîtrisé sera un nouveau vecteur.

J’ai prévu sur le site des thèmes sous forme de blog : préparation de l’Ag, relations avec CDI, relations avec fournisseurs, relations avec GIP, soirée cabaret, soirée gala, veille réglementaire, visites, voyage (s’il y en a encore, ce qui est peu probable), journée estivale. Il suffit de créer un thème pour échanger. Les nouveaux posts sont envoyés directement par Wix aux membres.

FV : Peut-être que pour les adeptes des réseaux sociaux que le site plus convivial sera un moyen efficace.

PCO : En interne au club ? Selon, moi, il s’agit d’un problème à rapprocher du manque de motivation récent sur les membres. Sinon, il n’y a pas de sujet pour moi.

PCH : faire un point précis sur les coordonnés (adresse mail et numéro de téléphone) de chacun suite aux différents mouvements. Établir une liste à jour afin d’oublier aucun membre. Le site Web est un très bon moyen de communication. Mais il faut le consulter ! Les réseaux sociaux sont efficaces, car instantané.


PDK : Le site est un bon vecteur dans la mesure où son usage sera plus généralisé par ses membres. L’expérience précédente et les taux de connexions étaient très faibles. Si on garde une multiplicité de moyens de communication cela complique la communication.

EJO : notre site WEB doit être un outil de communication, surtout si il n’y a pas de commission « communication » ou des membres dédiés à la démarche

AP : Mélanger les membres lors des repas et réunions (peut être plan de table de base avec rotation à chaque réunion)

EGA : Il faut s’appuyer sur notre belle vitrine qu’est le site, nommer quelqu’un pour le faire vivre tant en interne qu’en externe

OB : Je pense que le nouveau site va nous permettre de communiquer plus rapidement

FBO : Je trouve que la communication est efficace et elle le sera encore plus avec le site, à nous d’être communiquant.

MGC : Le site, les mails permettent d’échanger sur des problématiques et des rendez-vous spécifiques pour des sujets spécifiques

VDA : améliorer visibilité du site web, et en étant plus clair sur la manière dont sont choisis les futurs entrants.

JDA : Proposer une participation active « roulante » à chaque réunion

  1. Les anciens membres sont-ils suffisamment à votre écoute ?

PR : Probablement pas.

PDU : ???

AT : Ce serait plutôt aux nouveaux membres de répondre. Il faut créer des conditions et des moyens pour favoriser l’écoute et la parole. Je ne développe pas à ce niveau, mais nous avons les outils pour le faire.

FV : Malheureusement il y a de moins en moins d’ancien membre devant moi 😀

PCO : Oui.

PCH : Oui. Personnellement j’ai le sentiment de bienveillance des plus anciens. Certes l’histoire et l’ancienneté a fait que des liens forts et amicaux se sont forgés entre certain membres.

PDK : Aux nouveaux de répondre. Personnellement je n’ai pas été très sollicité ou interrogé.

EJO : Si nous décidons de les intégrer dans une nouvelle mouture, utilisons-les. Par contre ils pourraient être plus lisibles en s’obligeant à un mélange « intergénérationnel »

AP : Pas d’avis.

EGA : Je pense que oui, aux jeunes de les solliciter. Il faut organiser autre chose que des repas mensuels, à suivre…

OB : Je ne fais pas la différence entre ancien et nouveaux membres, oui je pense que les anciens sont à l’écoute (ton sondage le prouve😀)


MGC : Yes

VDA : oui, toujours accueillants lorsqu’on va vers eux.

JDA : Oui, je pense : ce club vous tient tellement à cœur, que vous vous investissez à fond…

Il faut juste certainement modifier certains fonctionnements pour satisfaire tout le monde.

10. Il apparait que tous les membres ne se connaissent pas tous. Cela nuit aux échanges entre membres. Comment y remédier ?

PR : Voir plus haut : plus grande implication des parrains, incitation à prendre des responsabilités dans le Club, plan de table aux repas mensuels, prise en charge des activités du Club par binômes.

PDU : OK sur tout.

Les nouveaux Avez- vous des sujets à partager au sein du Club : points techniques, développement personnel et professionnel ?

Le Club doit rapidement s’intéresser à nouveau aux mutations profondes de notre métier : environnement, nouvelles normes, nouvelles attentes des clients, gestion des TMA, nouveaux modes constructifs, chantiers à faible nuisances, etc …

PDU : N’oublions pas que les voyages ne sont plus là pour faciliter l’intégration, cela demande aux membres de faire l’effort de mieux communiquer avec les nouveaux : je me fais la remarque également

AT : J’ai évoqué précédemment au § 7 un processus d’intégration. Je suis d’accord pour utiliser les moyens décrits par Patrice afin de rendre les nouveaux membres acteurs de leur intégration. Aujourd’hui ils sont bien souvent trop spectateurs.

FV : En participant aux activités du club

PCO : Je connais tous les membres du club personnellement. Je suis aussi bien capable d’évoquer non seulement leur parcours professionnel (approximativement) mais aussi des échanges, des discussions que nous avons eu. Pour cela, voir ma proposition n°3 à la question 2.

PCH : la présence régulière permet d’échanger avec les membres. Difficile avec les absents récurrents. Un processus d’intégration est peut-être à envisager.

PDK : C’est un vrai sujet au sein du club qui est mis en évidence depuis l’arrêt des voyages CDI. Ces voyages étaient des moments qui ont permis de mieux connaitre et intégrer de nouveaux membres. Je pense que ce temps des voyages a vécu.

C’est au club de trouver, je pense, la possibilité de monter des évènements entre membres pour retrouver ces moyens d’échange. Exemple en ce moment toutes les universités organisent des WE d’intégration, ce n’est pas par hasard.

Dans le passé les tentatives n’ont pas été très porteuses et suivies. Sans doute pas le même intérêt qu’un voyage à bas cout, mais si la volonté est de se connaitre on doit pouvoir trouver quelque chose.

EJO : avec la fin des voyages il faut redynamiser des commissions mises en sommeil et intégrer la jeunesse à cette reprise

AP : Voir réponse 5

FBO : C’est vrai, je pense que les déjeuners ont ce rôle mais c’est trop court et ce n’est pas leur rôle

Pourquoi pas organiser un speed-meeting ludique pour se connaitre… ou un challenge ou un après-midi détente...

MGC : Ras

VDA : il est plus facile d’aller vers ceux que l’on connait déjà… l’effort doit se faire des 2 côtés. Je n’ai pas vraiment d’idée.

JDA : Effectivement, la grosse différence avec aujourd’hui avec les nouveaux arrivants, c’est que les anciens ont vécu des sorties, des voyages (avec conjoints… ), des aventures ensemble : c’est cela qui a créé cette amitié forte entre vous.

A voir si c’est cela qu’attendent les nouveaux. Moi pas forcément…


11. Avez-vous des sujets à partager au sein du Club : points techniques, développement personnel et professionnel ?

PDU : Ils sont innombrables en ce moment compte tenu des nouvelles évolutions. Les sujets ne manquent pas.

AP : Rien dans ma position de retraité, par contre je suis toujours en capacité de donner mon avis en fin de discussion si cela vous intéresse.

EGA : Comment aborder la RE2020, matériaux biosourcés, sujets évoqués lors de la cocotte,

OB : OUI comme tout le monde je pense, (projet bois 3D, présentation école HORS SITE, visite construction bois à l’étranger, etc)

MGC : Oui je pense que c’est un échange permanent dans notre métier comme c’est le cas avec les BET et entreprises

Les évolutions de notre métier sont permanentes : l’échange se faisait plus naturellement

VDA : je ne comprends pas la question.

JDA : Pas en tête de sujets précis à date…

  1. L’utilisation du nouveau site internet vous semble-t-elle utile pour simplifier nos démarches ?

PDU : Oui et il fera gagner du temps au bureau et responsabilisera les membres

FV : C’est aujourd’hui indispensable pour ne pas être « Hasbeen », même si ce n’est pas toujours plus simple.

PCO : Trop peu utilisé pour l’instant pour en parler de manière sérieuse.


PCH : oui. Mais comme indiqué ci-dessus, il faut le consulter. Donc se mobiliser et s’intéresser à la vie du club.


PDK : Si cela devient notre vecteur principal de communication oui

AP : Oui sans aucun doute

EGA : Nous verrons à l’usage mais je pense que oui,

Pour le coup, je n’ai pas pu répondre au sondage sur le site, où, comment ? Du coup j’envoie ce mail

OB : OUI c’est un outil génial

MGC : Oui très bonne initiative

VDA : oui, je pense qu’il faudra encore plus s’appuyer dessus pour les réservations des repas et pour toutes les veilles documentaires, transmissions d’infos.

JDA : Quand cela marchera : sans aucun doute. Ex : organisation des repas…. / Menus…

Après, à mesurer quelle sera la consultation du site par des externes ?

  1. Le Club des D.T. est-il uniquement réservé à ceux en activité ?

PR : Oui, voir plus haut. Cela ne veut pas dire que seuls les maîtres d’ouvrages des promoteurs nationaux y ont leur place, mais la plu- value des échanges réside dans la communauté des problèmes rencontrés. Plus l’écart est grand entre les situations professionnelles des différents membres, moins l’échange est fructueux.

PDU : OUI pour les entrants

AT : Réserver le Club à ceux qui sont en activité ? Ma réponse est non, dans la continuité de ma position par rapport à l’Amicale des Anciens. Ce n’est pas une question de génération, mais d’intérêt et de motivation. Aucun membre ne participe à fond sur tous les sujets et thèmes. C’est la diversité et la curiosité qui fait la richesse du Club.

FV : Je ne pense pas car les expériences passées des retraités peuvent être intéressantes. Je faisais autrefois visiter mes programmes à Marcel Monatte qui m’apportait des commentaires très intéressants. Cela peut également permettre à certains membres de franchir le cap de la retraite en douceur.

PCO : Non. Ce serait même une erreur grave qui enlèverai un des atouts essentiels de ce club et la capacité pour chacun de dépasser son seul investissement dans son job.


PCH : Non c’est une question de motivation, mais il faut une part d’actif majoritaire.


PDK : A ceux qui vont le rester d’y répondre.

EJO : Club actuel est lourd, pas besoin de statistiques pour estimer que beaucoup viennent à une réunion de copains et ne souhaitent pas s’impliquer outre-mesure.

AP : Sur le principe oui mais la question me gêne, on n’a jamais posé cette question par le passé cela m’interpelle.

EGA : Les retraités vont nous manquer mais je pense que oui. Malgré tout, je ne suis pas d’avis de les exclure totalement.

OB : A Vous de décider je suis à la retraite depuis quelques mois mais je pense garder une activité réduite comme AMO

PBO : Si nous voulons limiter le nombre d’adhérent je pense que OUI, et peut être se limiter un jour au MOA si l’avenir du club en dépend

MGC : Non les personnes qui ont terminé leur activité ont un plus de temps, de recul et peuvent échanger

VDA : non si les personnes en question souhaitent être présentes, c’est aussi pour cela qu’il faut faire évoluer la formule des repas

JDA : Non. Au contraire : il est nécessaire de bénéficier de l’expérience des anciens, qui en prenant une retraite retrouvent du temps et peuvent s’investir… A voir s’il faut limiter à une durée à compter de la prise de retraite… effective !


14. Une réforme des statuts est-elle nécessaire et si oui sur quels points ?

PR : Oui : Voici mes propositions :

- 1 Maximum 24 membres + membres fondateurs.

- 2 Suppression du statut de membre d’honneur

- 3 Composition du Club : 75 % minimum de maitres d’ouvrages (18), représentatifs de la profession, et 25 % maximum de membres (6) dont l’activité est complémentaire du MO : AMO, MOEX, SPS, Bureaux de contrôle, BET etc ….

- 4 Votes à la majorité des 2/3 des présents et représentés, par bulletin secret ou à main levée selon le sujet

- 5 Etablissement de règles claires pour chaque cas de changement professionnel d’un membre : retraite, changement de région, changement de poste, chômage. Le bureau veille à l’application stricte du règlement.

- 6 Création d’un poste de vice-président dans le bureau

- 7 Chaque membre est responsable, par binôme, d’une des activités du Club, décisions prises à l’AG une fois par an.

- 8 Création de l’Amicale des Anciens du CDT

PDU : Oui les pour les entrants et les sortants : règle à définir clairement

Chaque membre doit participer à une commission tous les 3 ans.

Nombre de membres maximum hors retraités ???

Quel statut pour les retraités ?

AT : J’ai numéroté les propositions de Patrice. Ce qui me permet de répondre : Oui : 1, 2, 4, 5, 7 ; A voir : 3,6 ; Non : 8

FV : Pour acter les réformes qu’il nous faut accomplir.

PCO : Le recrutement ! Il faut vraiment changer les modalités tout en conservant le caractère élitiste de la sélection. Peut-être en introduisant des ouvertures de manifestation à d’autre DT. Je l’ai proposé pour la COCOTTE. L’implication dans le club. Le club ne doit pas compter sur la seule bonne volonté de ses membres. A minima, le club doit contraindre à 1 implication dans l’année. (et pas le voyage du CDI, SVP !) Chaque membre du CDT doit assurer au moins une action à l’égard du club dans l’année.

PCH : ils seront à faire évoluer de fait en fonction des discussions à venir.

PDK : Pas d’idée sur ce qui serait empêché aujourd’hui par les statuts ? calons l’organisation avant d’en écrire les règles.

EJO : oui les réformes devront se traduire par une nouvelle écriture

AP : Certainement, création de postes d’adjoints président, secrétaire, comptable (possibilités pour les retraités de donner un coup de main)

EGA : A voir dans notre fonctionnement si on a besoin de faire évoluer les statuts

OB : Oui évoqué Hier concernant le fonctionnement du bureau en créant un vice-président par exemple

PBO : NON je ne pense pas, je pense que le Président doit rester un Maitre d’Ouvrage par contre s’il y a un jour un vice-Président je pense que ce serait bien que ce soit un MOE ou AMO

MGC : le président peut être un membre en activité ou non. Est-ce un poste indispensable ? Mr MACRON

VDA : A mon avis pour les intégrations hors AG si plus de 75% des membres actifs du club valident la nouvelle personne. Prévoir autant de nouveaux entrants que de « nouveaux retraités »

JDA : Oui : sur l’intégration des nouveaux, sur le statut du président.

15. Élargissement du Club à la commande publique et C.M.I. ?

PR : Oui, sans aucun problème.

PDU : Oui pour le CMI. Non pour la commande publique

AT : OK

FV : Pourquoi pas

PCO : Si un mec est bon en CMI ou en commande publique, pourquoi se priver d’enrichir notre partage. Pour moi, le sujet est plus celui du croisement que nous avons avec ce type de profil et de la taille du groupe. Travaille-t-on aussi bien à 50 qu’à 25. Je n’en suis pas certains ! Ce qui pose la problématique du renouvellement, du maintien des membres. Mais certains sont plus en dehors du CDT qu’en dedans, donc….

PCH : oui ils participent à l’acte de construire et ne peuvent qu’enrichir nos échanges.


PDK : Les CMI pourquoi pas, la commande publique ne vit pas à mon avis dans le même monde et nous pourrions avoir également des difficultés d’échange avec des organismes qui sont essentiellement nos clients.

EJO : oui, trois fois oui.

AP : Sans problème

EGA : Commande publique non, CMI pourquoi pas

PBO : OUI car le métier évolue, par contre CMI faisant de la promotion…

MGC : Pas favorable

VDA : non, ce n’est pas le même métier

JDA : CMIste : je ne pense pas. Commande publique : oui. Ils peuvent nous éclairer sur bcp de sujets. Ils vivent les mêmes problématiques que nous, mais avec un regard différent… Le Rex de Raphael sera intéressant à son retour.

16. Quel lien entre nombre de membres et assiduité ?

PR : Limitation du nombre de membres Je reconnais bien volontiers avoir fait une erreur en pensant que le Club pouvait accueillir une trentaine de membres

PDU : ???

AT : Je nuance par rapport à la réponse de Patrice : ce n’est pas tant le nombre, mais l’implication (éliminons dans notre réflexion les inactifs ou passifs). Il faut de la COHESION entre les membres (je ne parle pas d’affinité, c’est un autre sujet). Par contre, fonctionner à 15 ou 30 (actifs) ce n’est pas la même chose, mais pas insurmontable non plus.

FV : Le nombre n’est pas gage d’assiduité. Il faut essayer de faire que l’état d’esprit soit motivant. Je n’ai pas la recette miracle ☹️

PCO : Voir ma réponse précédente. Il y a clairement une taille de groupe à penser. Par ailleurs, si les membres sont astreints à une obligation à minima dans l’année, on ne devrait plus avoir à se poser cette question.

PCH : plus il y aura de personnes et plus la probabilité d’absence sera élevée. Il se pose question du nombre de membre. Plus le groupe sera important plus les échanges entre membre seront difficiles.

Néanmoins compte tenu du nombre d’important de nouveaux acteurs sur la place limiter le nombre risque de rendre élitiste le club. Le nombre de membres est une des questions de fondamentale de l’avenir du Club.


PDK : C’est quoi un taux de participation convenable ? l’assiduité et l’appartenance au club doivent relever de la bonne conscience de chaque membre. Il n’y a pas d’avantage matériel à faire partie du club. A quoi sert d’en faire partie si on n’y collabore pas ?

EJO : si la question 15 doit être prise au pied de la lettre la quantité engendrera la qualité.

AP : Pas d’avis je ne comprends pas la question

EGA : Chacun doit se sentir responsable quel que soit le nombre

PBO : Je pense qu’il ne faut pas dépasser 40 membres dans le Club,

Par contre certaines manifestations du Club comme la cocote pourrait être partagée ce qui ouvrirait la porte à de nouvelles adhésion

Pourquoi pas organiser une journée du Club pour inviter et rencontrer de nouveaux promoteurs qui deviendront peut être membre et apporterons un œil neuf…


MGC : Chacun vient quand il en a la possibilité. Un nombre de membres un peu plus important palie aux absences ……. et la roue tourne ….sans sortir des cartons pour les écoliers

VDA : ?

JDA : Il faut garder un nombre suffisant pour gérer les absences inéluctables de certains : pour toujours être environ une vingtaine.



17. Le cercle de la technique est-il une chance pour notre club ?

PR : Oui Evidemment. C’est d’abord la preuve que notre Club est vieillissant, décorrélé de la profession et notamment des jeunes (35-45 ans), centré sur lui-même, faussement élitiste. Les deux clubs peuvent très bien exister en parallèle : que le meilleur club attire les meilleurs !

PDU : La chance est de se remettre en question et recréer la dynamique et finalement de donner envie aux autres directeurs techniques de nous rejoindre.

AT : Ni chance ou problème. C’est l’évolution des choses. A nous de nous adapter et évoluer.

FV : C’est l’occasion de se remettre en question et pourquoi pas intégrer de nouveau membres actifs.

PCO : Bah, il provoque un débat. Donc c’est une chance. J’ai assez souscrit à la parole de Sergio que j’ai trouvé particulièrement pertinente et bien venu dans un contexte de doute. J’ai trouvé qu’il avait la bonne lecture. Mais en tant que Créateur du CDT, il ne pouvait en être autrement ! 😉

PCH : oui, il permet de se poser des questions et d’envisager un nouvel avenir pour le Club, fort de son expérience et de sa longévité.

Sujet qui est sous-jacent depuis quelques temps néanmoins.

Le Club est unique, mais solide, tous les essais de le copier dans d’autres régions ont échoué.


PDK : Pour moi ni une chance ni un danger. Peut-être un rappel que de nouveaux directeurs techniques se sont développés et peuvent représenter des nouveaux membres potentiels. Si l’on considère que ces hommes et femmes portent les valeurs humaines souhaitées dans notre assemblée à nous de les inviter à nous rejoindre. Nos 30 ans d‘ existence sont une preuve de notre capacité à durer et nous renouveler

EJO : Le CDT avec des DT (anciens & actuels) et un ou des autres clubs également avec des DT peut être valorisant

AP : Pas d’état d’âme sur le sujet, une chance est un grand mot, plus une possibilité de rencontrer des gens qui ne répondent pas forcément aux critères leur permettant de postuler à l’entrée au CDT.

EGA : Il a le mérite d’exister, nous verrons bien dans l’avenir

OB : Il ne faut pas le voir comme un concurrent


PBO : Il est une chance parce qu’il nous interpelle, leur approche est différente mais complémentaire.

Ouverture à tous, pas de MOE ou AMO, jeunesse et dynamisme par contre il ne faut pas être dépendant du GIP…


MGC : Il peut y avoir plusieurs clubs, un nombre de membres trop important rend l’organisation trop complexe

VDA : Vivier de personnes motivées qui pourront intégrer le club.

JDA : A voir en fonction du retour qui sera fait de ceux qui ont participé à l’échange. Selon moi, ce serait dommage que co existent 2 organisations qui ont bcp d’aspirations communes

Et sachant qu’on cherche des profils qui seront dans ce cercle…



18. C.D.I. et G.I.P. peuvent ils nous apporter autre chose que des souvenirs ?

PR : Le CDI, le GIP, et les autres clubs de prescription doivent se poser la question de savoir ce qu’ils peuvent nous apporter, et pas le contraire. Une réorganisation du Club telle que je la propose les fera certainement revenir. Sinon, le CDT peut très bien se passer d’eux.

PDU : En phase également les relations se feront naturellement de manière collective ou individuelle. Pas d’inquiétude là-dessus. Les voyages comme par le passé : c’est un peu fini !

AT : En phase également avec Patrice et Philippe. Réorganisons-nous d’abord et ils nous verront autrement. Il sera alors temps de réagir par rapport à eux.

FV : Ils font partie de notre environnement dont on a besoin. Ils nous sont utiles à titre individuel et collectifs, ils ne nous sont pas indispensables mais de les côtoyer est un plus.

PCO : Oui, si on considère que ce n’est pas le rôle que nous souhaitons leur confier. Nous en avions l’occasion. Et puis il a été dit que nous n’avions pas besoin du CDI pour exister, qu’on existait avant, qu’on existerait après et que nous n’avions pas à réfléchir sur ce que nous pourrions faire avec le CDI. Ok, pas de problème. Résultat aujourd’hui, on est en pleine réflexion psy sur l’avenir du CDT.

Et une des raisons, encore une fois, selon moi, tient à la place que nous avons bien voulu laisser au CDI au sein du CDT.

Le GIP ne nous a laissé aucun souvenir pour l’instant, sauf erreur de ma part. Et donc c’est très bien comme ça.

PCH : c’est à eux d’être force de proposition. Notre métier évolue avec de nouvelles technologies et de nouvelles approches. En tant qu’industriels ils ont forcément des solutions à nous proposer. Ils font partie de l’acte de construire, ils peuvent donc largement participer à l’avenir, mais sans eux le Club a malgré tout sa raison d’être.


PDK : Des apports pro sur la connaissance et le développement des nouveaux produits. Nous permet également de passer des messages sur nos attentes et difficultés rencontrées avec les matériels. Relations plus conviviales également mais le monde a changé avec des réductions drastiques de budgets de leur côté et des chartes « éthiques » qui ont fleuries et mette la pression sur les collaborateurs qui accepteraient ses « rapprochements »

EJO : le CDI n’est pas un club d’industriels à proprement « techniques », il fonctionnait bien à l’époque du voyage mais est moins performant dorénavant pour le CDT. Quant au GIP, la relation avec leur bureau ma laisse sur ma faim.

AP : C’est ce qu’ils font ou doivent faire. Je les trouve un peu mous et pas très dynamiques sur les sujets qui nous intéressent (normes, nouveaux produits).

EGA : Oui, je l’espère, notamment dans les nouveaux produits qui vont être mis en œuvre

PBO : Le CDI et le GIP devraient apporter autre chose que des souvenirs surtout avec la conjoncture économique et le bouleversement des techniques…

Je viens de la Maison Individuelle et les forums techniques étaient plus courant et plus en lien avec notre activité

Cette année c’est BATIMAT, je pense que les membres du CDT devrait le visiter sous l’impulsion des industriels...


MGC : Oui partenaires qui permettent de débloquer des situations tendues et disponibles pour renseignements

VDA : organisation d’évènements + contacts avec des entreprises.

JDA : Je compte sur le CDI pour nous informer des tendances de demain, sur quoi travaillent-ils pour répondre aux exigences de demain.

PBO - Conclusion : Je trouve que ce CLUB est une belle réussite, merci aux fondateurs, je pense qu’il faut moins se poser de questions et continuer avec les fondamentaux du club

PARTAGE, CONVIVIALITE et COMPETENCES et s’ouvrir à la jeunesse et la notion de parrainage prendra tout son ES et s’ouvrir à la jeunesse et la notion de parrainage prendra tout son  sens. CONVIVIALITE et COMPETENCES et s’ouvrir à la jeunesse et la notion de parrainage prendra tout son  CONVIVIALITE rendra tout sens.

61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Relance - Non réponses au sondage du 5 Août pour l'AG

Bonjour à tous, Vous êtes maintenant tous rentrés je pense, et en parallèle d'un retour à vos jobs respectifs, je vous adresse ce mail, pour vous rappeler de ne pas oublier de répondre au sondage pou

Sondage pour préparer l'Assemblée Générale

Bonjour à tous, Je n'ai pas encore ressenti de ligne directrice claire et fédératrice pour l'Assemblée Générale. Deux membres se sont exprimés de façon explicite et constructive: Jean Marie lors du re

Réponse de Jérôme DABET le 26 juillet

Hello à tous Je prends le temps de répondre avant de partir en congés…. Merci Eric pour ce message qui a l’avantage de lancer le débat et , je l’espère , va provoquer de nombreuses réactions, car c’es

bottom of page